Par 4 chemins à vélo

Auteur : - [ Par 4 chemins a vélo ]

// © Droit d'auteur

Une année de découverte en famille sur les routes du monde !

  • Famille
  • 400 jours
  • 11000 kms

Parenthèse,

Aucun défi, aucune folie, ni de compétition, une seule volonté s’extirper d’un quotidien devenu routine, d’une routine trop prévisible, d’une habitude de vivre des journées trop identiques de voir défiler le temps sans en profiter, de ne pas voir ses propres enfants grandir. Telle était notre envie, casser ce quotidien. Alors fin 2013 nous décidons de passer le cap, définitivement en validant l’achat des sésames : les billets d’avion.

Cette générosité que nous avons copieusement goûté s’est construite à travers des rencontres si belles et si riches.

Le plus difficile n’est pas de partir mais décider de partir. Une fois la décision prise, rien de plus évident que de voyager, d’explorer, de profiter. Qu’il se fasse à pied, en véhicule, à vélo, en bateau le voyage nait, se fait naturellement, puis se réalise, enfin.
La vie nomade nous a offert de belles surprises d’abord des paysages mais surtout des rencontres d’hommes et de femmes au coeur grand ouvert. Cette générosité que nous avons copieusement goûté s’est construite à travers des rencontres si belles et si riches. Ces échanges sont devenus notre leitmotiv pendant notre voyage et ont largement participé à casser cette fameuse routine.

Car nous pouvons confirmer que les hommes et femmes de notre planète, même inconnus, sont bons quelques soit leur provenance, religion, opinion. Walter et José, deux frères argentins, rencontrés au hasard, en sont le parfait exemple. Eux qui nous ont accueillis bras ouverts sans à priori. Après une nuit passée sous la toile de tente dans leur jardin, nous nous retrouvons le lendemain midi autour du repas familial pour l’anniversaire de notre hôte Walter. Qu’en est il de ce peuple turc qui ne pouvait s’empêcher de nous offrir le couvert et le gîte à chaque arrêt sur les places de villages ? Les rencontres ne se limitaient pas à nos hôtes et se comptent à l’issue de ce voyage par dizaine à travers un geste, une parole, ou simplement un sourire, un fruit pour les enfants…

Le voyage, comme la routine à la maison, comporte aussi des moments difficiles à vivre. Tout n’était pas rose, nos récits n’ont d’ailleurs jamais été édulcorés pour l’occasion. Nous savions que cette expérience nomade comporterait des difficultés, nous en étions conscients, nous les avons affrontés parfois dans la difficulté mais toujours grandis. On pense d’abord à l’éloignement avec les proches finalement surmonté grâce aux webcams.La difficulté majeure d’un tel voyage en famille est finalement la promiscuité permanente, qui n’offre peu ou pas d’espace pour soit, pour nous adultes mais aussi pour les enfants qui supportent leur parent ! Quant au vélo, lui, n’a jamais été une contrainte, peut-être dans les transports en commun et dans les villes… Nos deux roues auront été en fait le meilleur moyen de rencontrer les populations locales.

Par ce type de transport choisi et assumé, nos vélos auront permis de parcourir des contrées fabuleuses, étonnantes, inoubliables ! On pense d’abord à l’Altiplano Péruviens et Boliviens, où nous avons flirté avec les 5000 mètres d’altitude, bien plus haut que nos 870 mètres habituelle de notre domicile. On retiendra également le désert de sel d’Uyuni traversé en 3 jours de vélo, puis la Patagonie et la région des Lacs Chiliens et ses volcans enneigés et fumant. L’Asie, moins appréciée, mais tout aussi surprenante par sa sur-activité humaine aura également été une découverte à vivre. Enfin, la Turquie restera notre coup de coeur humain avec cette gentillesse débordante et déconcertante pour nous occidentaux...

Pour conclure :

La réalisation de ce voyage restera une très belle parenthèse de notre vie familiale. Nous cherchions le dépaysement, nous avons été servis par la découverte d’une partie de notre planète si riche, si entière. Ces diversités géographiques, alimentaires, culturelles, mais surtout humaines nous ont d’abord ouverts à d’autres mondes, mais aussi ont éduqué nos enfants à une compréhension, à une ouverture juvénile certes, mais surtout à une tolérance qui, nous espérons, construira leur futur au travers de cette valeur si importante.

Le voyage doit être vécu pour comprendre le bénéfice qu’il apporte.
N’hésitez pas à passer le CAP pour savourer et profiter de notre belle planète…

Et de notre côté, on repart quand ? :-)

Commentaires

Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Période

Du 01/05/2014 au 20/06/2015

Type de vélo

Vélo couché

Budget par jour

20 euros hors transport et loisirs euros

Pays traversés

France - Allemagne - Angleterre - Argentine - Autriche - Bolivie - Bulgarie - Cambodge - Chili - Hongrie - Pérou - Roumanie - Serbie - Suisse - Thaïlande - Turquie - Vietnam